Prêts consommation

 

Le crédit représente l’exact opposé de l’épargne. Alors que l’épargne consiste à consommer plus tard des ressources dont on dispose, le crédit consiste à consommer maintenant des ressources dont on ne disposera que plus tard. Ce choix de dépenser maintenant des revenus futurs est-il bien raisonnable ? Jusqu’où peut-on aller ?

Notre position sur ce sujet est très claire, consommez raisonnablement nous rencontrons trop de familles qui se retrouvent étranglées par les crédits consommation et crédits renouvelables.

 
 

Crédit à la consommation

Le crédit à la consommation concerne les prêts jusqu’à 75 000 €qui ne sont pas destinés à l’achat ou à la construction d’un bien immobilier. Il existe deux types de crédits à la consommation :

  • Le crédit affecté, qui finance un bien défini (voiture, cadeau, voyage, …) et seulement lui
  • Le crédit non affecté dont le montant est à la libre utilisation de l’emprunteur : c’est le cas des prêts personnels et des crédits renouvelables.

Alors que le taux d’endettement est un critère d’octroi d’un crédit immobilier (33% d’endettement retenu, 35% en 2021), la situation est bien différente pour les crédits à la consommation. Si les banques restent vigilantes, les établissements de crédit spécialisés font preuve d’une plus grande souplesse. Ainsi, une simple fiche déclarative suffit pour un crédit inférieur à 3 000 euros. Au-delà de ce montant, seuls des justificatifs de domicile, de revenus, et d’identité sont obligatoires. Le montant des crédits déjà souscrits n’est ainsi pas vérifié.

L’absence de vérification formelle des crédits souscrits (par le biais des relevés de compte par exemple) permet de multiplier les crédits à la consommation. Rien d’étonnant donc à ce que ces crédits se retrouvent très souvent à l’origine des situations de surendettement. Le crédit renouvelable représente ainsi la voie royale vers le surendettement.

 
 

Bombe à retardement

« S’il n’est pas évident de déduire une relation de cause à effet entre l’essor du crédit renouvelable et le développement du surendettement en France, force est de constater que les personnes surendettées ont le plus souvent un ou plusieurs crédits renouvelables à leur passif. » (Institut national de la consommation)

La vigilance des banques dans l’octroi de crédit immobilier tranche avec les conditions de validation d’un crédit à la consommation. Alors que le taux d’endettement est un critère central lorsqu’il s’agit de crédit immobilier, il est largement délaissé lors de la souscription d’un crédit à la consommation. Dès lors qu’il est possible de s’endetter à l’extrême avec des crédits à la consommation, il convient d’être particulièrement attentif aux symptômes qui traduisent une situation financière déséquilibrée.

 
 

Endettement : Prudence

  • Lorsque le crédit à la consommation devient un mode de vie. Le crédit à la consommation est destiné à satisfaire un besoin ponctuel et exceptionnel. Il convient de s’inquiéter lorsque ce type de crédit se multiplie devient un complément de salaire.
  • Faire face aux dépenses courantes. Une situation structurellement déficitaire se créé alors, où les dépenses excèdent les revenus. Il est alors impératif de parvenir à réduire ces dépenses, sous peine d’accumuler les dettes et de se retrouver dans une situation difficile et inquiétante.
  • En cas d’accident de la vie : Les accidents de la vie (chômage, maladie, divorce …) peuvent déséquilibrer un budget et conduire à une situation financière intenable. Ainsi, 75 % des dossiers de surendettement traités par la Banque de France concernent un surendettement passif provoqué par un accident de la vie.
  • Un crédit est une facilité à utiliser avec précaution, car elle consiste à utiliser maintenant des revenus futurs. Le recours débridé au crédit conduit donc à hypothéquer sérieusement l’avenir. Pour éviter de basculer vers une situation critique, la tenue d’un budget et la retenue dans le recours au crédit sont fortement recommandées.
 
 

« Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager »

Inscription obligatoire sur toutes les publicités pour un crédit à la consommation, imposée par la loi du 1er juillet 2010 portant réforme du crédit à la consommation (Loi « Lagarde »)

Nous souhaiterions des mentions concernant les solutions en cas de difficultés et d’accidents de la vie.

 

Contactez Banques-Infos-Recours votre association indépendante


Nous Contacter