La grande majorité du contentieux de recouvrement, notamment pour les prêts ou concours soumis à la réglementation du Droit de la Consommation, est gérée par des organismes ou sociétés, spécialisées dans le recouvrement (nos amis, intrum, mcs…) , et par les Huissiers de Justice.

Plutôt que de faire convoquer leur débiteur devant le Tribunal, pour qu’un débat puisse s’instaurer, la tendance actuelle est de généraliser le recours à l’Injonction de payer.

Le représentant du créancier adresse au Greffe du Tribunal, une demande, sur imprimé type, indiquant le montant de ce qui est du, y joignant des documents justificatifs ; les greffes sont inondés de ces demandes et le Juge doit les examiner, souvent à la chaîne ; si la créance lui paraît fondée, le Juge signe une Ordonnance enjoignant au débiteur de payer une certaine somme.

Jusqu’à présent, ce débiteur ignore tout de ce qui se trame contre lui.

Le représentant du créancier, recevant cette Ordonnance qui lui est favorable, va alors la signifier (la remettre officiellement) au débiteur, par acte d’huissier de Justice. Si ce débiteur n’est pas d’accord avec la somme indiquée, s’il a des contestations à formuler ou des délais de paiement à demander, il doit alors faire opposition à cette Ordonnance, dans le délai maximum d’un mois à compter du jour de la signification, en écrivant au greffe du Juge qui a rendu l’Ordonnance.

Cette opposition va alors entraîner une convocation du créancier et du débiteur devant le Tribunal, où chacun pourra s’expliquer.

Par contre, si le débiteur ne décèle pas la signification de cette Ordonnance, ou néglige de former opposition, passé le délai d’un mois, celle-ci devient une décision de justice définitive, c’est-à-dire un véritable jugement, qui peut alors justifier de nouveaux actes de saisies, cette fois.

Malheureusement le débiteur, déjà harcelé par son créancier, son service de recouvrement, ses mandataires, par des courriers, relances, mises en demeure, appels téléphoniques, menaces, actes d’huissiers (commandement de payer ou autres),etc. , est noyé sous une masse de documents, auxquels il finit par ne plus prêter attention.

Très souvent les personnes vivant cette situation, qui, nous contactent après avoir subi une saisie. Avec cette fameuse signification d’Ordonnance d’injonction de payer, remise par un huissier, qui est devenue définitive, faute d’opposition dans le mois imparti.

Leurs explications sont toujours les mêmes : nous ne savions pas qu’il s’agissant d’un « jugement », nous avions pensé qu’il s’agissait d’une nouvelle relance, nous n’avions pas lu les deux pages de textes, qui ne sont pas très compréhensibles !

Il est vrai que le formulaire qui est ainsi remis, par sa présentation avec cadres et mentions manuscrites, ne ressemble pas à l’idée que l’on peut se faire d’une décision de justice, rendue par un Juge …

Deux points capitaux à retenir :

– surveillez avec une particulière attention tous les actes d’huissiers de justice que vous recevez et tentez de lire et comprendre tout leur contenu : ils ne sont jamais sans conséquences.

Si dans l’intitulé de l’acte qui vous est remis, vous relevez les mots : SIGNIFICATION, ORDONNANCE ou l’expression INJONCTION DE PAYER, il vous faut réagir, et vous n’avez plus qu’UN MOIS.

Envoyez une lettre recommandée avec avis de réception au secrétariat greffe du Tribunal qui a rendu votre Ordonnance (indiqué, avec son n°, en haut de l’Ordonnance).

Contactez nous au plus vite pour analyser le dossier et l’acte, et faire opposition si c’est judicieux .

– Il arrive souvent que le créancier n’ait pas respecté certains délais du Code de la Consommation qui lui sont applicables et qu’il soit en faute, au point de ne plus pouvoir réclamer le paiement ; en utilisant la voie de l’injonction de payer, il peut ainsi tenter de contourner cette difficulté, le juge signant l’Ordonnance sans avoir forcément tous les éléments

Il est nécessaire de vérifier si les règles et délais s’imposant aux créanciers ont été respectés ; si ce n’est pas le cas, dans le cadre de l’opposition, il pourra demander au Juge de constater que votre dette ne peut plus vous être réclamée.

– Parfois, vous n’avez pas reçu vous-même cette signification d’injonction de payer, qui a été remise à votre concubin, un voisin ; un Huissier, qui veut ensuite vous saisir, vous remet un acte officiciel qui mentionne qu’elle est faite en vertu d’une ordonnance d’injonction de payer, que vous ne connaissez pas ; dans ce cas, pas de panique : si l’Ordonnance ne vous a pas été signifiée personnellement, vous avez un nouveau délai d’UN MOIS à compter de cette saisie (la première seulement) pour inscrire au greffe une opposition, et provoquer un débat.

Retenez surtout qu’une injonction de payer peut devenir un jugement définitif contre vous si vous ne réagissez pas aussitôt

ATTENTION
L’injonction de payer est utilisée aussi bien devant le Juge civil que le Tribunal de Commerce.
Si vous êtes commerçant, le Président du Tribunal de Commerce peut aussi signer des Ordonnances d’injonction de payer, pour des paiements de factures par exemple ; si vous contestez cette facture, ou qu’il existe de bonnes raisons pour ne pas la payer, faites opposition auprès du Greffe du Tribunal de Commerce, votre dossier sera alors débattu devant le Tribunal, en toute transparence.

N’hésitez pas à nous contacter, nous soutenir et faire connaître Banques-Infos-Recours.

https://www.banques-infos-recours.fr/

https://www.facebook.com/Banques-Infos-Recours-206204750189001/

Pour adhérer ou soutenir :

https://www.helloasso.com/associations/banques-infos-recours-fr/adhesions/banques-infos-recours-adhesions-de-soutien

Catégories : Non classé

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
RSS
Facebook
Facebook